Contenu

x

Moteur de recherche interne

Doctorat de l'Université Grenoble Alpes Doctorat de l'Université Grenoble Alpes

Accueil > Actualités > Actus Doctorat

Accéder au plan complet du site

Benjamin Malvoisin obtient le prix Haüy-Lacroix 2014

le 17 juin 2014
Sciences de l'Univers

Un jeune Docteur de l’Université de Grenoble récompensé par la Société Française de Minéralogie et de Cristallographie

vign-malvoisin.jpg
La Société Française de Minéralogie et de Cristallographie (SFMC) a décerné son prix Haüy-Lacroix 2014 à Benjamin Malvoisin, Docteur de l’Université de Grenoble, pour sa thèse intitulée « Conditions réductrices associées à la serpentinisation : suivi magnétique de l’hydratation de l’olivine de San Carlos, étude de cas naturels et application à la production industrielle d’H2 ».

Chaque année, la Société Francaise de Minéralogie et de Cristallographie récompense le travail d’un jeune chercheur ayant consacré sa thèse de doctorat à la minéralogie, la géochimie, la science des matériaux, l’étude des minéraux dans leur contexte pétrologique et géologique, ou encore la cristallographie. Après Pierre Lanari en 2013, c’est Benjamin Malvoisin, également Docteur en sciences de la Terre, qui obtient ce prix en 2014.

Encadré par Fabrice Brunet et Julie Carlut durant la préparation de son Doctorat, Benjamin Malvoisin s’est principalement intéressé à la production d’hydrogène en contexte naturel (hydrothermalisme océanique et métamorphisme). Cela l’a conduit à participer à une campagne en mer (Coll. M. Cannat, IPGP) et à travailler en terrain métamorphique en Corse alpine (Coll. C. Chopin, ENS). Au laboratoire, Benjamin Malvoisin a développé une approche magnétique originale pour suivre l’avancée de réactions minéralogiques qui, comme la serpentinisation de l’olivine, produisent de la magnétite. Sa thèse est ainsi le fruit d’une collaboration entre trois laboratoires : ISTERRE, ENS, IPGP. 

Sa connaissance des processus de production d’hydrogène naturel a amené Benjamin Malvoisin à proposer une méthode de production d’H2 à partir de déchets sidérurgiques, objet d’un dépôt de brevet européen (CNRS – Université de Grenoble – Université Aix-Marseille).

Après avoir soutenu son Doctorat en février 2013, Benjamin est aujourd’hui chercheur en post-doctorat à l'Institut des Sciences de la Terre de Lausanne (Suisse), où il travaille avec le Pr. Yury Podladchikov notamment sur la conception de modèles numériques pour étudier la fracturation assistée par les réactions minéralogiques (variations volumiques).

Mise à jour le 17 juin 2014

Membres
Associés renforcés
Associés simples