Contenu

x

Moteur de recherche interne

Doctorat de l'Université Grenoble Alpes Doctorat de l'Université Grenoble Alpes

Accueil > Pendant la thèse > Communauté > Prix et disctinctions

Accéder au plan complet du site

Le prix de thèse du réseau Création, Arts et Médias attribué à Marion Lyonnais, docteur en Arts du spectacle

le 30 juin 2015
Arts et Lettres

Sa thèse sur la scénographie prochainement publiée dans la collection "Arts & Médias" chez l'Harmattan

vign-lyonnais.png

Le prix de thèse 2015 du réseau Création, Arts et Médias a été attribué à Marion Lyonnais (Ecole Doctorale Langues, Littératures et Sciences Humaines) pour sa thèse intitulée “Du théâtre au musée : la scénographie et l’exposition”. Cette thèse préparée au laboratoire Traverses 19-21 a été encadrée par le professeur Luc Boucris et soutenue le 26 février 2014. Elle sera publiée prochainement dans la collection "Arts & Médias" chez l'Harmattan.

Le Réseau interuniversitaire d’écoles doctorales Création, Arts et Médias (CAM) fédère, depuis 2011, 15 écoles doctorales en France. Ce sont ainsi environ 4 000 doctorants et un millier d’enseignants chercheurs qui se voient ouvert un réseau étendu pour développer, diffuser et valoriser la recherche en Arts et Médias.

Soucieux d’encourager la recherche et de valoriser les travaux dans le champ Arts et Médias, le Réseau interuniversitaire d’écoles doctorales Création, Arts et Médias propose, depuis 2011-2012, un prix de thèse destiné à récompenser annuellement une thèse déjà soutenue et reconnue pour sa rigueur scientifique, la singularité de son approche et l’avancée originale qu’elle propose dans la recherche en Arts et Médias. Le prix vise ainsi à encourager à la fois l’innovation et l’excellence dans les disciplines du champ Arts et Médias.

En 2015, les membres du jury ont choisi la thèse de Marion Lyonnais intitulée Du théâtre au musée ; la scénographie et l’exposition.

Résumé de la thèse :

Au fil de révolutions scéniques successives, la scénographie s'est imposée comme une discipline majeure dans la pratique du théâtre au XXe siècle. Toutefois, loin de se résumer à cet ancrage théâtral, elle a étendu son champ d'exercice en particulier vers les musées et l'exposition, extension qui ouvre un débat esthétique : existe-t-il un théâtre caché dans le musée qui justifie la présence de la scénographie ou bien la scénographie exercée dans le champ de l'exposition y transpose-t-elle de façon discutable le théâtre ?

Le parcours de lecture de la thèse suit l'ordre chronologique du corpus. Il commence par une petite salle d'un cabinet cire anatomique du XVIIIe siècle qu'on peut visiter encore aujourd'hui à la Specola, muséum d'histoire naturelle de Florence. L'analyse de ce fragment fait émerger trois figures : La représentation, La scène et la distance. La seconde partie de la thèse confronte les hypothèses qui émergent de ce terrain de fouille à deux exemples de scénographie d'exposition qui ont marqué la période contemporaine : Cités-Cinés (exposition événementielle de la Grande Halle de la Villette), et La Grande Galerie de l'Evolution du muséum de Paris. La dernière partie passe d'un regard extérieur à un regard introspectif qui touche notre propre pratique de scénographe. La persistance des trois figures identifiées dès le départ fait surgir le thème de la théâtralisation et dessine les conditions d'une rencontre féconde entre théâtre et musée.”

Aujourd'hui, Marion Lyonnais est membre du laboratoire LITT&ARTS (Arts et pratiques du texte, de l’image, de l’écran et de la scène) de l’Université Stendhal – Grenoble 3. Elle est également architecte et scénographe.


Mise à jour le 28 août 2015

Espace personnel

Accédez à votre espace personnel pour mettre à jour vos données, vous inscrire à une formation, déclarer votre soutenance, etc.
Membres
Associés renforcés
Associés simples