Contenu

x

Moteur de recherche interne

Doctorat de l'Université Grenoble Alpes Doctorat de l'Université Grenoble Alpes

Accueil > Pendant la thèse > Communauté > Prix et disctinctions

Accéder au plan complet du site

Le prix spécial de la Fondation Française pour la Recherche sur l’Epilepsie attribué à un doctorant au Grenoble Institut des Neurosciences

le 1 novembre 2015

Une dotation de 30 000 euros pour encourager les travaux de Guillaume Jarre

vign-jarre.jpg

Guillaume Jarre, doctorant au Grenoble Institut des Neurosciences dans l’équipe « Dynamique des réseaux synchrones épileptiques » dirigée par Antoine Depaulis a reçu une dotation de 30 000 euros de la part de la Fondation Française pour la Recherche sur l’Epilepsie (FFRE). Cette dotation correspond à un prix spécial CA de la FFRE / Fondation Valérie Chamaillard récompensant les recherches consacrées aux épilepsies de l’enfant et de l’adolescent.

L’épilepsie, maladie qui affecte 6 millions de personnes en Europe, désigne un groupe de désordres neurologiques caractérisés par l’apparition spontanée et récurrente d’activités anormales d’un ensemble de neurones connectés en réseau. Peu de données existent sur la mise en place de ces réseaux lors de l’épileptogenèse, période qui précède l’apparition des premières crises et qui a souvent lieu au cours de la maturation cérébrale pendant l’enfance comme pour l’épilepsie absence.

L’objectif des travaux de recherche de Guillaume Jarre est d’étudier ces réseaux neuronaux au tout début de l’épileptogenèse afin de déterminer s’il existe déjà des anomalies de connexions entre les neurones pouvant être responsables de la mise en place du réseau épileptique.

Dans un modèle d’épilepsie absence (rat GAERS), le site initiateur des crises a déjà été caractérisé dans une zone spécifique du cortex ainsi que la période d’épileptogenèse qui débute vers le 15e jour postnatal, lors de la maturation cérébrale. À cet âge, l’observation in vivo de l’activité neuronale au niveau de la région initiatrice des crises montre que leur communication est différente par rapport à des animaux contrôles. Il faut donc à présent expliquer ces anomalies.

« Je souhaite déterminer si ces anomalies de fonctionnement sont sous-tendues par une mauvaise formation de la structure du réseau lui-même et/ou des neurones qui le composent », précise le jeune chercheur. « L’ensemble de ces données structurales et fonctionnelles permettront de mieux comprendre les processus de mise en place d’un réseau épileptique lors du développement cérébral et ainsi permettre d’envisager des stratégies thérapeutiques efficaces et précoces pour cette pathologie. »

Guillaume Jarre termine son doctorat et devrait soutenir l’année prochaine sa thèse « Etude des réseaux neuronaux au stade précoce de l'épileptogenèse » préparée sous la direction de Philippe Kahane et Isabelle Guillemain. Cette dotation de la FFRE va lui permettre de financer ses dernières expériences sur les différences de connectivité structurale au sein du foyer épileptique.


pucePour en savoir plus : www.fondation-epilepsie.fr
Mise à jour le 13 juin 2016

Espace personnel

Accédez à votre espace personnel pour mettre à jour vos données, vous inscrire à une formation, déclarer votre soutenance, etc.
Membres
Associés renforcés
Associés simples