Ma thèse en 180 secondes : Alphanie Midelet, doctorante UGA représentera la France en finale internationale à Montréal

Concours Culture scientifique et technique
le  1 juin 2022
Après une prestation saluée par le jury et le public sur la scène de l’Auditorium de la MC2 de Grenoble le 17 mars 2022 lors de la finale académique, Alphanie Midelet doctorante à l’Université Grenoble Alpes (UGA), a convaincu le jury de la demi-finale nationale à Paris le 8 avril 2022 et vient de remporter, le 31 mai 2022, le 1er prix du jury de la finale nationale du concours Ma thèse en 180 secondes (MT180), organisée par le CNRS et France Universités en partenariat avec l’Université de Lyon. Elle aura l’honneur de représenter la France lors de la finale internationale, le 6 octobre prochain à Montréal.
Le président de l’UGA, Yassine Lakhnech « félicite Alphanie pour cette performance et pour la qualité de sa prestation dans un parcours très sélectif avec pas moins de 600 doctorants et doctorantes de toute la France au départ. Nous sommes très fiers qu'Alphanie fasse rayonner l’UGA et la France au niveau international pour la dernière étape du concours en octobre à Montréal. »

Sur les 16 doctorantes et doctorants qui ont concouru le 31 mai 2022 à la Bourse du travail de Lyon lors de la finale française du concours de vulgarisation Ma thèse en 180 secondes, cinq ont été récompensés par le jury, le public et des classes de lycées pour l’exposé de leurs sujets de recherche en trois minutes chrono.

Alphanie Midelet, doctorante au sein de l'entreprise Probayes et du Laboratoire hypoxie et physiopathologies cardiovasculaires et respiratoires (HP2 - Inserm, UGA), a reçu le premier prix du jury pour sa prestation sur le « Traitement de l’apnée obstructive du sommeil par pression positive continue : étude des données de télésurveillance pour comprendre l’impact des modifications du traitement et prédire les événements aigus ». Il lui a été remis par Manuel Tunon de Lara, président de France Universités, et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS. Ce prix lui offre une place pour la finale internationale à Montréal.

« Je suis très contente mais aussi très surprise ; aujourd’hui je voulais surtout prendre du plaisir, faire de mon mieux pour ma famille et mes proches qui étaient là. Ce que je retiens de MT180, c’est que le public a aimé nos présentations et qu’on a réussi à transmettre des messages. Le plus grand défi a été pour moi de rendre mon discours vivant tout en restant juste, qu’il me ressemble. »

« Dormir suffisamment ce n’est pas suffisant, dormir en respirant, oui c’est nécessaire »,
Alphanie commence ainsi sa présentation presque poétique de son travail de thèse. En trois minutes, elle pose le diagnostic, l’apnée du sommeil, explique la pathologie et son traitement. « Avec une machine qui envoie de l’air, plus jamais d’apnée, si tout est bien réglé ». Dans sa thèse, à la croisée des chemins entre intelligence artificielle et santé, elle analyse les données de télésurveillance issues d’appareils à pression positive continue utilisés pour le traitement du syndrome d'apnée obstructive du sommeil. Son objectif : développer des systèmes d’alerte en temps-réel pour la détection d’évènements aigus pouvant conduire à des pathologies plus graves telles que la crise cardiaque.

« Depuis sa première prestation, Alphanie a progressé à chaque étape pour arriver à niveau exceptionnel d'expression et de communication pour une non professionnelle de la scène. Depuis le lancement de MT180 francophone en 2014, des doctorantes et doctorants de l'UGA ont gagné le concours au niveau national à 4 reprises. Ce succès est bien sûr d'abord dû à leur mérite et leur talent personnel. Il est cependant aussi le reflet d'un engouement très spécifique à Grenoble pour la médiation scientifique, avec un niveau très élevé des candidats et candidates lors des finales locales et une participation massive et enthousiaste du public (salle de 950 places remplie et plus de 5000 vues sur YouTube), qui font de MT180 un des événements majeurs de la vie scientifique à l'UGA. » souligne Denis Jongmans, directeur du Collège doctoral de l’UGA.

Alphanie est doctorante en data science et effectue sa thèse à l’École doctorale Ingénierie pour la santé, la Cognition et l'Environnement (EDISCE) de l’UGA, dans le cadre d'une collaboration avec le MIAI (Multidisciplinary Institute of Artificial Intelligence) de Grenoble et le Cross-disciplinary program LIFE (is MaDE of ChoiCes) de l’Idex Université Grenoble Alpes.

Revoir sa prestation lors de la Finale nationale

Publié le  1 juin 2022
Mis à jour le  20 juin 2022